Commentaire de Michel Piriou, auteur, sur le roman Le mur et la raison

Cher collègue, cher Jean-Yves,

Comme chacun de nous, vos écrits sont le reflet de ce que vous laissez voir de vous. Mais comment en pourrait-il en être autrement ? Et votre famille, vos amis, votre entourage, aiment ce que vous êtes parce que vous leur renvoyez comme une image d’eux-mêmes. Autant dire que vous êtes profondément humain et que cela transpire jusque dans votre manière d’écrire.

Ainsi, comme chacun d’entre nous, vous avez votre propre style, votre identité de scripteur. Et il n’y a rien à changer à cela, bien évidemment. Vous montrez une écriture posée, qui avance mot après mot, phrase après phrase, dans un pas à pas mesuré. Votre entourage adopte votre manière d’être, et sait s’adapter à votre manière d’écrire.

Le lecteur lambda ne vous connaît pas. Il reçoit, il lit votre prose depuis le point de vue qu’il s’est construit au cours de sa vie, son identité culturelle. Il a des attentes, ses attentes de lecteur.

Il me semble que votre texte, et c’est remarquable dans « Le mur et la raison », a besoin d’être lu posément, j’ai presqu’envie de dire, à la vitesse de la parole. Il semble fait pour être dit. Comme un travail qui fait résonner chaque son, comme pour faire vibrer chaque signifiant. Peut-être une forme de poésie.

Je veux souligner ici que la parole s’effectue en moyenne à 9000 mots par heure. Trois fois moins vite que la lecture « intérieure » d’un lecteur confirmé. On peut comprendre alors que le lecteur ressente comme une résistance à son confort. Il est probable que le lecteur lambda, celui qui veut s’approprier votre univers pour le digérer, le lecteur client qui a des attentes de consommateur de l’instant, qui a les goûts que forge l’actualité des médias, il est possible que ce lecteur moyen ressente aussi comme une forme de résistance. Certains parleront ici de fluidité, laissant penser que cette fluidité favoriserait la fluence de la lecture, le confort du lecteur pour tout dire. Simple argument mercantile. C’est un non sens. Encore une fois, le lecteur réagit au style, à la manière d’écrire, à la manière d’être et de penser de l’auteur. Et pour ce qui est de la fluence, elle concerne la restitution orale d’un texte. C’est la capacité d’un élève à ne pas ânonner, ne pas couper le rythme de la lecture, ne pas hésiter… Rien à voir avec le lecteur confirmé.

Mais, nous sommes tous confrontés à la problématique du lecteur qui en veut pour son argent. Que faire pour être lu, pour exister davantage à travers l’exercice de la pensée travaillée par ce langage qu’est la littérature ?

Le lecteur lambda est avide de rythme, de célérité et de densité. Quelle information nouvelle peut l’amener à tourner une nouvelle page ? Quelle action « inattendue » peut le maintenir en haleine ? Comment être sûr d’abreuver la pensée du lecteur à chaque instant ? C’est bien le pari du scripteur d’amener son lecteur jusqu’à la fin de son livre. Voire de lui donner l’envie de recommencer depuis le début pour vivre plus intensément encore. Flaubert a réussit avec sa « pauvre » Madame Bovary parce qu’il nous donne à voir au-delà de ce personnage « commun » notre monde avec ce langage qu’est la littérature. Et Vinci nous montre autre chose encore avec le langage de la peinture. Et les mathématiques nous invitent à penser de l’insaisissable à nos sens. Et la musique, la géographie, le cinéma… Ce sont des langages parce que leur écriture permet de pétrir de la Pensée, de comprendre et de pouvoir peser sur le monde.

Rien de bien nouveau dans tout ce que je dis, cependant que toute occasion est bonne d’en faire l’exercice de raisonnement par écrit. Pour soit, pour son propre entendement, au détour d’une conversation…

Séance de dédicace au Salon du livre de Malestroit le 6 octobre 2019

Je serai présent de 10 heures à 12 heures et de 14 à 18 heures le dimanche 6 octobre 2019 au Salon du livre de Malestroit, où je dédicacerai mes derniers romans.

Mes prochaines dédicaces

Je vous attends à Saint-Malo ou à Cesson-Sévigné pour vous dédicacer mes derniers romans.

D’autres séances de dédicaces sont prévues d’ici la fin de l’année, je ne manquerai pas de vous en informer.

Séance de dédicaces vendredi 9 août 2019 à Saint-Malo

Ce vendredi 9 août 2019, de 10 heures à 12 heures 30, je dédicacerai mon dernier roman Le mur et la raison à la librairie Pages et Images, au 74 rue Georges Clémenceau à Saint Malo.

La trilogie des Tuesdan de Sévignac (Les secrets de la Malouinière, L’impossible héritage et J’ai tellement de choses à te dire) sera également disponible pour des dédicaces de l’auteur.

Séance de dédicaces dimanche 2 juin 2019 à Saint Aubin du Cormier (35)

Je serai présent dimanche 2 juin 2019 à Saint Aubin du Cormier de 11 heures et 18 heures où je dédicacerai mon dernier roman Le mur et la raison, ainsi que les trois tomes de la trilogie des Tuesdan de Sévignac (Les secrets de la Malouinière, L’impossible héritage et J’ai tellement de choses à te dire).

L’association La Bouèze, qui valorise le patrimoine oral de Haute-Bretagne, fête ses 40 ans cette année. Pour célébrer l’événement, elle organise du 31 mai au 2 juin 2019 trois jours de fête  à St Aubin-du-Cormier, petite commune au riche patrimoine architectural, en plein air, autour du château médiéval… La musique sera omniprésente, mais pas seulement, elle accueillera des écrivains, une soirée contes, des conférences, des expositions, des stands d’artisans …

En savoir plus : https://www.laboueze.com/

Séances de dédicaces aux Sportiviales de Vitré (35) les 26 et 27 avril 2019

Je serai présent à Vitré (35) les 26 et 27 avril 2019 à l’occasion du salon du livre des Sportiviales pour y dédicacer mon dernier roman Le mur et la raison, mais aussi les trois tomes de la saga des Tuesdan de Sévignac (Les secrets de la Malouinière, L’impossible héritage et J’ai tellement de choses à te dire).

Le mur et la raison

Sortie d’un nouveau roman

Seul dans une rue de Paris, un homme déambule perdu au milieu de la foule, avec dans sa poche, un billet de train. Une rencontre fortuite le conduit sur une île en Bretagne. Au jardin du Luxembourg à Paris, une autre rencontre le sort de cette indifférence qui l’envahit. Il parvient, tant bien que mal, à tisser des liens, à se construire une nouvelle histoire qu’il tente de s’approprier pour combler le vide béant d’une mémoire défaillante. Il est un étranger à lui-même malgré des bribes de souvenirs lointains qui surgissent mais qui ne le relient pas à son passé. Plus on lui vient en aide, plus le puzzle de sa vie d’avant lui échappe, et plus le mal s’enracine. Même la science et la médecine semblent dépourvues pour l’extirper de ce marasme ; une véritable énigme.

Il sait la lutte inégale, mais il ne renonce pas, il n’a pas le choix. Il va se battre contre ses préjugés, contre la terre entière. Des sensations de déjà-vu émergent et le troublent mais qui n’ont peut-être rien à voir avec sa mémoire chancelante. Face à un mur infranchissable et à la raison, il ressent un besoin impérieux de comprendre. Sa seule planche de salut !

Après la trilogie des « Tuesdan de Sévignac » parue en 2017, Jean-Yves Lesné nous plonge dans une histoire déroutante qui se passe dans l’univers de la finance, de la banque, de la médecine. Un homme, victime d’une machination destructrice, voit sa vie vaciller. Sans défense, pris dans un engrenage, il est la proie idéale. Et s’il était le personnage clé de cet imbroglio, où prédateurs et victimes s’entrecroisent, tellement le jeu de la manipulation est subtil et incontrôlable ?

Disponible sur Amazon en cliquant ici

Vous pouvez lire le premier chapitre en cliquant ici

Dédicaces le dimanche 10 mars 2019 à Servon sur Vilaine

Je serai présent à la « fête des arts » de Servon sur Vilaine le dimanche 10 mars 2019 où je dédicacerai mon dernier roman Le mur et la raison.

Suite à la rencontre du 20 décembre 2018

Très belle soirée au Centre culturel de la Passerelle à Saint-Malo, face à un nombreux public chaleureux et attentif. Plaisir partagé, invitation au voyage, à la découverte de l’imaginaire, de la vie réelle, sur le thème de la saga des Tuesdan de Sévignac. Cette rencontre restera un moment mémorable. Charlotte Cabot, la présidente de l’Association l’Encre Malouine, en fut une animatrice émérite, mettant son enthousiasme et son savoir littéraire à la portée de tous.

https://www.encremalouine.com/ecrivains

Rencontre littéraire à Saint-Malo le 20 décembre 2018 à 18h

Au pôle culturel de Saint-Malo, La Grande Passerelle.
Entrée libre, dans la limite des places disponibles.